Entrepreneuriat

Trier les mesures par axes

En Wallonie, 99% des entreprises relèvent de la catégorie des PME. Ces PME emploient plus de 78% des salariés du secteur privé et génèrent 18% du PIB. En dix ans, le nombre de PME s’est accru de 12 %.

Les taux de survie et de création d’entreprise en Wallonie ont augmenté sur la période 2010-2012 et se sont progressivement rapprochés des taux de la Flandre (En 2012, les PME wallonnes affichaient des taux de survie de 90% à 1 an, 80% à 2 ans et 75% à 3 ans).

Ces chiffres sont la résultante de différentes politiques mises en œuvre au niveau wallon :

  • Le développement d’une culture entrepreneuriale pour faire émerger des générations entreprenantes

Selon une enquête réalisée auprès des jeunes agés de 17 à 30 ans, une série d’éléments ont été mis en évidence :

  • Le système éducatif sensibilise peu à l’esprit d’entreprendre
  • La sensibilisation à l’entrepreneuriat est encore trop théorique
  • L’envie d’être son propre patron diminue avec l’âge : 56% des étudiants et 50% des diplômés préféreraient être leur propre patron
  • 1 jeune sur 2 envisage de créer sa propre entreprise
  • 6 jeunes sur 10 n’ont pas été suffisamment informés sur les dispositifs d’aide à la création d’entreprise
  • Le soutien à la création d’activité (accompagnement, aides financières)
    Les bourses de préactivité, les incubateurs ou encore l’accompagnement par les conseillers d’entreprise permettent aux porteurs de projets de professionnaliser leur dossier et de lancer leur activité en en mesurant les risques.
  • Le soutien à la croissance des entreprises (accompagnement, aides financières)

Sur la période 2006-2012, l’emploi des PME a augmenté de 15% en Wallonie contre 9% en Flandre. En outre, on constate que la croissance annuelle de la valeur ajoutée des PME wallonnes est légèrement supérieure à celles du nord du pays: 5,2% vs. 5,0% entre 2006 et 2012.

Au niveau wallon, il apparaît que trois PME wallonnes sur quatre affichent un grand potentiel de croissance. Dès lors, il est crucial pour notre économie de détecter et de soutenir adéquatement ce potentiel de croissance. Le plan Marshall a identifié 3 nouveaux marchés pouvant devenir des contributeurs significatifs à la création et à la croissance de PME en Wallonie: l’économie numérique, l’économie circulaire et l’économie créative ou encore les circuits courts.

L’accompagnement par un réseau de conseillers en entreprise et les aides financières sont de réels outils à disposition des entreprises pour les aider à croître.

Toutes les mesures sont synthétisées ci-après. N’hésitez pas à ajouter votre contribution.

Les mesures

2. Mettre en oeuvre une campagne de communication visant à promouvoir l’esprit d’entreprendre, sensibiliser et informer les entreprises et les prescripteurs aux mécanismes de création et de développement disponibles

2. Mettre en oeuvre une campagne de communication visant à promouvoir l’esprit d’entreprendre, sensibiliser et informer les entreprises et les prescripteurs aux mécanismes de création et de développement disponibles

Construire les messages liés à une image positive et objective de l’entrepreneur (réalisation d’un projet personnel,…) pour les décliner via différents canaux de communication (médias, réseaux sociaux,…). Renforcer la communication sur les « success stories » via tous types de médias: Inviter une chaîne télévisée à diffuser le témoignage d’un entrepreneur une fois par mois, « L’entrepreneur du […]

3. Faciliter la participation des PME aux marchés publics

3. Faciliter la participation des PME aux marchés publics

Par les administrations publiques: Sensibiliser les adjudicateurs à ne demander que les documents absolument nécessaires et pertinents (appliquer le principe de confiance); Supprimer les contrôles à priori et instaurer le principe de contrôle à postériori uniquement pour l’acteur ayant gagné le marché; Promouvoir l’utilisation de cahiers des charges-types, mis à disposition sur le site « marches […]

4. Mettre en place un dispositif de stimulation de cession d’entreprise et renforcer la coordination entre acteurs publics et privés de la cession d’entreprises « à potentiel »

4. Mettre en place un dispositif de stimulation de cession d’entreprise et renforcer la coordination entre acteurs publics et privés de la cession d’entreprises « à potentiel »

Renforcer le dispositif intégré de stimulation en matière de cession d’entreprises à potentiel visant à maximiser les synergies entre acteurs (publics et privés) de la transmission selon la logique suivante: Détection, sensibilisation et stimulation à la transmission; Identification et validation du besoin du cédant et orientation vers des conseillers agréés au moyen d’outils dédiés (ex. […]

1 2