Innovation

Trier les mesures par axes

Quand on parle d’innovation, on envisage tant l’innovation technologique que non-technologique (produit, service, modèle d’affaires, processus, mode d’organisation, réseaux, etc.). L’innovation peut être assurée par une seule organisation ou via des partenariats. Il s’agit donc d’une vision large et ouverte de l’innovation. Entre 2009 et 2011, 7PME sur 10 on été innovantes.

La politique wallonne d’innovation donne une place centrale aux PME : le Plan Marshall 4.0, leur implication dans les Pôles de compétitivité, la spécialisation intelligente… En 2014, 4 forces et 3 faiblesses ont été constatées de manière récurrente pour le système d’innovation wallon:

  • Les forces :
    • Un bon niveau de qualité de la recherche fondamentale menée dans les Universités (en 2013, environ 310 millions d’euros ont été alloués à la recherche fondamentale par la Fédération Wallonie-Bruxelles);
    • Des dépenses de R&D des entreprises wallonnes en 2011 (2,8% du PIB) supérieures à la plupart des pays de l’Europe des 15 et proche de l’objectif européen de 3% du PIB;
    • Un niveau de formation de la population supérieur à la moyenne européenne (en 2012, 33% des wallon(ne)s entre 25 et 64 ans ont suivi des études supérieures conte 27% en moyenne pour l’UE-27);
    • Une création d’emploi dans les services High Tech à forte intensité de connaissance en augmentation de 4,8% entre 2008 et 2012, ce qui est supérieur ou égal à la plupart des pays de l’Europe de 15.
  • Les faiblesses :
    • Un pourcentage de nouveaux diplômés en sciences et en sciences appliquées (par rapport au total des nouveaux diplômés) nettement inférieur en Wallonie qu’au niveau européen;
    • Une valorisation commerciale de la recherche encore limitée en Wallonie (une part des nouveaux produits dans le chiffre d’affaires inférieure au niveau observé dans l’Europe des 15, un nombre de nouvelles spin offs issues des universités francophones en diminution depuis le milieu de la décénie précédente);
    • Des dépenses en R&D et innovation, technologique et non technologique, par les PME, en particulier dans les secteurs traditionnels en diminution (baisse de la proportion des dépense de recherche industrielle dans les entreprises de moins de 250 employés: de 40% au milieu des années 2000 à 29% en 2011).

    Lorsqu’on interroge les PME quant aux facteurs clés de succès pour une innovation réussie, elles en identifient 5 : une bonne maîtrise de la technologie, une bonne connaissance des attentes du client, une bonne organisation du développement du nouveau produit et une équipe interne compétente, une excellente idée et les moyens financiers nécessaires. Sur ce dernier point, en 2015, l’enveloppe d’aides publiques à destination des PME wallonnes pour la R&D s’élevait à 330 millions d’€.

    Toutes les mesures sont synthétisées ci-après. N’hésitez pas à ajouter votre contribution.

Les mesures

43. Favoriser le transfert de technologies et sensibiliser et communiquer davantage sur les acteurs existants qui facilitent le transfert de technologies

43. Favoriser le transfert de technologies et sensibiliser et communiquer davantage sur les acteurs existants qui facilitent le transfert de technologies

Favoriser le transfert de technologies vers les PME en renforçant leur capacité à mener à bien des partenariats d’innovation, notamment avec les centres de recherches et les universités wallonnes, belges, ou européennes: Mettre à disposition des entreprises peu ou pas innovantes des experts de l’innovation dont le rôle sera d’évaluer une technologie, réaliser des benchmarks, […]

47. Renforcer et fluidifier la création et la croissance de spin-offs / spin-outs

47. Renforcer et fluidifier la création et la croissance de spin-offs / spin-outs

Renforcer et fluidifier la création et la croissance de spin-offs: Mettre en place des mécanismes permettant de lisser les rapports de force entre les porteurs de projets (chercheurs/managers) et l’université (directeur de département de recherche/fonds d’investissement de l’université): Systématiser l’inclusion d’une tierce partie pour objectiver la situation entre les porteurs de projets et l’université dans […]

35. Augmenter la pénétration des Pôles de compétitivité

35. Augmenter la pénétration des Pôles de compétitivité

Bâtir un argumentaire et un plan d’action qui partent des préoccupations et des freins observés auprès des PME afin de repositionner l’offre des Pôles et d’améliorer sa collaboration avec ces dernières: Créer une dynamique de communication « corporate » pour les 6 Pôles et davantage orienter la communication vers les résultats et les avantages concrets pour les […]

1 2